«

»

Plus de 4000 signatures pour la pétition du comité de défense de l’hôpital de Vernon

 

Le comité de défense du centre hospitalier de Vernon au marché des Boutardes. De gauche à droite : Martine Nicaise, Jean-Claude Nicaise et Emmanuel Colletis. Jeudi 5 avril 2012.

 

Hier jeudi après-midi, le comité de défense de l’hôpital Saint-Louis était au marché des Boutardes. Ses membres y faisaient signer aux passants leur pétition pour défendre le maintien de l’hôpital de Vernon dans sa forme actuelle. L’occasion de faire le point sur leur démarche et la situation à l’hôpital, alors que plus de 4000 signatures ont été récoltées pour le moment.

 


Sommaire :

  1. La situation du CHI Évreux-Vernon
  2. Le comité de défense, seul organisme actif en cette période pré-électorale
  3. La pétition : un succès d’estime indéniable
  4. Qui soutient la pétition du comité de défense de l’hôpital Saint-Louis ?

 

 

 


 

La situation du CHI Évreux-Vernon

 

Le comité de défense de l’hôpital Saint-Louis, en sommeil depuis plusieurs années, fut réactivé il y a quelques mois par son fondateur, Jean-Claude Nicaise, devant les menaces qui lui semblaient peser sur l’hôpital. Il est accompagné depuis dans sa démarche par le docteur Emmanuel Colletis, qui est également élu apparenté communiste au conseil municipal de Vernon.

 

Le groupement hospitalier Évreux-Vernon a en effet connu une enquête de l’IGAS au mois de décembre dernier, enquête déclenchée par le déficit très important des deux hôpitaux en 2011 et commandée par l’agence régionale de santé1. Les conclusions préliminaires faisaient état d’une possible fermeture de services à Vernon, ce qui a déclenché la formation d’une intersyndicale, et la réactivation du comité de défense de l’hôpital.

 

Lors des voeux au personnel, en janvier, le nouveau directeur du centre hospitalier Évreux-Vernon, Olivier Brand, a assuré aux salariés qu’il ne fermerait ni la maternité ni les blocs opératoires lors de la restructuration. Le rapport final de l’IGAS, lui, n’a pas été rendu public pour le moment, et ne le sera probablement pas avant les élections nationales, comme l’avait pressenti dès le mois de janvier Jean-Luc Miraux (Vernon Réussite).

 

Emmanuel Colletis reste préoccupé par la suppression en cours de postes non-médicaux. Il cite comme exemple le service interne de nettoyage du groupement hospitalier, qui s’appelle Bionet, et qui connait actuellement la suppression de 40 postes sur 75. Le nettoyage devrait donc être en partie externalisé. Jean-Claude Nicaise fait remarquer à ce sujet que “les salariés de Bionet sont spécialement formés aux techniques de lutte contre les infections nosocomiales”.

 

Jean-Claude Nicaise et Emmanuel Colletis tiennent également à signaler au nouveau directeur, Olivier Brand, que si des services ferment à Vernon, les habitants du territoire “ne se reporteront pas sur le nouvel hôpital Cambolle d’Évreux, mais plutôt à Rouen ou à Mantes-la-Jolie”. Cela ne réduirait donc pas le déficit de l’hôpital, celui-ci étant payé en fonction du nombre de patients reçus.

 

 

 


 

Le comité de défense, seul organisme actif en cette période pré-électorale

 

Tout le monde, de l’hôpital au ministère de la Santé, semble être dans l’attente du résultat des élections nationales. Pas Jean-Claude Nicaise et Emmanuel Colletis : ils ont lancé mi-mars une pétition opposée à toute réduction de services à Évreux comme à Vernon, et destinée à être présentée début juin au directeur de l’ARS (à Rouen).

 

Cette pétition, que l’on pourra consulter à la fin de l’article, affirme que ce sont les deux dernières réformes de l’hôpital, menées sous les gouvernements Fillon, qui sont à l’origine du déficit important des deux hôpitaux. Une prise de position très politique donc.

 

Le texte exige également le respect de la charte signée lors du rapprochement des deux hôpitaux, donc la conservation de tous les services de Vernon, et des urgences complètes en fonctionnement continu. Il demande également la prise en compte des besoins sanitaires du territoire, compte tenu du “contexte de pénurie médicale particulièrement marquée dans l’Eure”.

 

 

 


 

La pétition : un succès d’estime indéniable

 

Plus de 4000 signatures en trois semaines et quatre marchés, pour une pétition promue par un comité qui compte moins de cinq personnes : parler de succès semble mérité2. Au marché des Boutardes, si on n’a pas constaté un enthousiasme débordant des habitants pour l’action du comité, nombreux sont les passants qui ont signé la pétition.

 

3000 des signatures furent obtenues aux deux seuls marchés du samedi matin au centre-ville de Vernon. Aux Boutardes hier après-midi, et à Pacy-sur-Eure hier matin, ce sont quelques centaines de signatures supplémentaires qui furent récoltées. Selon Jean-Claude Nicaise, plusieurs centaines de signatures ont également été envoyées au comité de défense par courrier.

 

Emmanuel Colletis se réjouit que la démarche du comité permette de “discuter avec les gens”, des gens qui seraient “très contents qu’il y ait un hôpital de proximité” à Vernon. Jean-Claude et Martine Nicaise ajoutent que si les Vernonnais rencontrés ne sont “pas toujours très au courant” de la situation, et ne “font pas forcément la démarche d’envoyer leur signature”, ils ont reçu un “très bon accueil” sur les marchés jusqu’à présent.

 

Jean-Claude Nicaise et Emmanuel Colletis présenteront la pétition dans les semaines à venir au marché des Andelys. Ils repasseront également, au mois de mai, au marché du samedi au centre-ville de Vernon. Enfin, le comité de défense de l’hôpital organisera une assemblée-débat pour “tenir les Vernonnais informés de la situation”, fin mai ou début juin.

 

 

 


 

Qui soutient la pétition du comité de défense de l’hôpital Saint-Louis ?

 

Martine Nicaise tient à faire savoir l’implication importante des commerçants de Vernon auprès du comité de défense de l’hôpital, ajoutant que “certains ont pris des feuilles de la pétition pour les faire signer dans leurs commerces”. Le comité a également bon espoir de convaincre les pharmaciens de Vernon de tenir la pétition à disposition de leurs clients.

 

Un silence assourdissant est à noter, depuis quelques mois et les annonces de restructuration du CHI Évreux-Vernon : celui des médecins libéraux de Vernon. Leur représentant, le docteur Hilmel, était venu s’entretenir avec les élus, lors du conseil municipal extraordinaire consacré à l’hôpital, tenu en janvier. Depuis, celui-ci, pas plus que d’autres médecins libéraux, ne se sont exprimés dans les médias locaux3. J’ai posé la question au comité : “Nous n’avons aucun contact avec les médecins de ville concernant la situation à l’hôpital ou la pétition actuelle”.

 

Le comité a également reçu de nombreuses marques d’intérêt ou de soutien de la part des hommes politiques :

  • Leur premier soutien vient de Jean-Luc Lecomte, un élu (et candidat aux législatives pour le Front de Gauche) dont “tout le monde connaît l’implication auprès du comité”.
  • Les Verts, et leur candidat aux législatives Jérôme Bourlet, sont entrés en contact avec le comité. Jean-Claude Nicaise ajoute : “ils soutiennent l’hôpital public et défendent la pétition”.
  • Franck Gilard, député UMP de la circonscription (et candidat à sa succession), a sollicité le comité il y a quelques semaines. Il s’est engagé à leur transmettre toute nouvelle information en sa possession, concluant ainsi : “on est appelés à se revoir”. Le comité n’a pas eu de nouveau contact avec lui depuis.
  • Sébastien Lecornu, probable futur candidat UMP à la mairie de Vernon, est venu discuter avec Jean-Claude Nicaise et Emmanuel Colletis. Il a toutefois refusé de signer la pétition, étant en désaccord avec la contestation des dernières réformes de l’hôpital par le texte du comité. Il s’en est expliqué récemment sur le site de Générations Vernon. Pour Emmanuel Colletis, cela le met “en contradiction avec lui-même”.
  • Philippe Nguyen Thanh (PS), Jean-Luc Miraux (Vernon Réussite), Jean-Claude Mary (Vernon-défis) et Bernard Touchagues (Parti de la France) ne furent pas cités par le comité.

 

 

 


 

Avertissement

 

J’ai moi-même signé cette pétition à titre personnel. Les lecteurs qui voudraient me demander pourquoi, ou débattre de déontologie journalistique, sont libres de le faire dans les commentaires de cet article. Je répondrai à chacun.

 

 

 


 

Pour aller plus loin

 

Document : pétition du Comité de défense du centre hospitalier de Vernon

 

Autres articles de ce journal consacrés à l’hôpital Saint-Louis :

 

Un bref reportage du journal de treize heures de TF1, diffusé le 15 février 2012, au sujet de l’hôpital de Vernon et de l’éventuelle fermeture de la maternité (démentie au mois de janvier par le directeur Olivier Brand) : Mobilisation contre la fermeture de services à l’hôpital de Vernon

 

 

  1. Le déficit du groupement hospitalier est par ailleurs très important depuis plusieurs années. L’enquête de l’IGAS est ainsi la troisième diligentée en quatre ans. []
  2. À titre de comparaison : la pétition relative à l’absence d’élus vernonnais à la CAPE, lancée en 2008 par la nouvelle majorité, avait rassemblé 7000 signatures en quelques semaines. La pétition opposée à la transformation de la Maison de la Tour en logements sociaux, lancée en 2011 par Vernon Réussite, avait pour sa part obtenu 1700 signatures en plusieurs mois. []
  3. Pour information : j’ai cherché à joindre en janvier le docteur Hilmel pour une interview, sans succès. []

Lien Permanent pour cet article : /2012/04/plus-de-4000-signatures-pour-la-petition-du-comite-de-defense-de-lhopital-de-vernon/

1 commentaire

  1. aubry

    Bonjour,
    Serait il possible de prendre contact avec votre comité . Nous avons les mêmes problèmes à Mantes la Jolie et nous avons créé un comité Coeur Hopital Mantes depuis juillet 2010 pour exiger la ré ouverture de l’unité de cardiologie interventionnelle de l’hopital F Quesnay et obtenu en 20 mois 23000 signatures . Je pense qu’il serait souhaitable que nous confontrions nos problèmes
    Mail du Comité Coeur.hopital.mantes @orange.fr / site internet http://www.coeur-hopital-mantes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>