«

»

Un train de déchets nucléaires en gare de Vernon

 

Passage du train de déchets radioactifs en gare de Vernon, jeudi dernier.

Passage du train de déchets radioactifs en gare de Vernon, jeudi dernier.

 

Jeudi dernier, un train de déchets nucléaires en provenance des Pays-Bas, après un long parcours par Lille et Amiens, passait en Normandie pour se rendre à La Hague. Un train suivi de près par les militants du réseau Sortir du nucléaire. À Vernon, c’est son président eurois (et adjoint à la mairie), Jean-Claude Mary, qui était présent sur le quai de la gare, en compagnie de quatre militants écologistes.

 

 

Arrivée à la gare de Vernon à vingt-trois heures vingt, suite au coup de téléphone de Jean-Claude Mary. Au-delà de l’aspect contestataire, il est présent pour documenter finement les passages de trains de déchets radioactifs. C’est de cette manière que Sortir du nucléaire obtient des renseignements précis sur les trajets et horaires de ces trains, malgré les précautions prises par l’État1.

 

Sur place, depuis un bon moment déjà, une voiture des forces de l’ordre est présente. Les trois policiers ne sont pas au courant de l’heure d’arrivée du train en gare. Ils se demandent d’ailleurs si celui-ci n’est pas déjà passé. Le train a été repéré peu avant à Argenteuil par les militants antinucléaires, qui en informent les agents présents : “Vous êtes mieux informés que nous !”, s’exclame un policier avec le sourire.

 

Dans l’attente du passage, les uns et les autres discutent. Les militants informent les policiers quant aux dangers qu’ils perçoivent dans l’énergie nucléaire et le transport de matériaux radioactifs. Les policiers, devoir de réserve oblige, s’abstiennent de débattre, tout en restant cordiaux. Ils s’assurent également qu’aucun des présents ne compte se jeter sous le train.

 

Vingt-trois heures trente, la radio crépite : les policiers sont informés du passage du train dans les prochaines minutes. Les appareils photo sont de sortie pour les militants, les policiers demandent à chacun de s’éloigner de la voie.

 

Vingt-trois heures trente-cinq, on entend le train arriver. Avec ses cinq wagons chargés de déchets nucléaires, il passe en quelques secondes. La mission des militants antinucléaires et des policiers est terminée, chacun rentre chez soi. En 2011, une cinquantaine de manifestants avaient protesté contre le passage d’un train de déchets en gare de Vernon. Une mobilisation qui a clairement fait défaut cette fois-ci.

 

Jean-Claude Mary m’a expliqué la démarche de suivi et de contestation des transports de déchets radioactifs de Sortir du nucléaire :

Ces trains amènent des combustibles usés de toute l’Europe, qui vont à La Hague pour être retraités. Cela ne diminue en rien leur radioactivité, et les produits de fission [NdA : les plus radioactifs des déchets] doivent d’ailleurs être stockés indéfiniment dans d’hypothétiques espaces de stockage de grande profondeur, qui ne sont pas encore construits.

 

  1. Entre autres : trajets de nuits, sans aucune information du public, et par des itinéraires complexes. []

Lien Permanent pour cet article : http://vernonpolitique.info/2012/12/un-train-de-dechets-nucleaires-en-gare-de-vernon/

5 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. LAURENT

    Ah le train nucléaire! Mais ça fait 20 ans minimum qu’il traverse Vernon pour se rendre à Valognes via Sotteville les Rouen. Les déchets sont contenus dans des containers appelés “châteaux” aptes à supporter un choc à 160 hm/h. Ces trains ne roulent pas à 160, la marge est donc grande. Les tests sont d’accès libre sur internet, où l’on voit un wagon lancé contre un mur de béton. La plupart des écolos (trois…!?) étaient peut-être encore en culotte courte quand ces trains ont commencé à circuler. D’un coup, c’est le réveil!!!! En fait, ce n’est que du réchauffé…
    Comprenons-nous bien. Je ne suis pas pro-nucléaire. Mais je n’ai pas les “moyens” d’être anti de façon viscérale. Devons-nous retourner au mines de charbon, aux coups de grisou? Devons-nous nous couvrir d’éoliennes dont le coût et le rendement sont dissuasifs, on le sait depuis peu? J’en passe et des meilleur(e)s.
    Y-a-t-il des personnes à trois bras à Vernon? Certains sont-ils devenus phosphorescents la nuit?
    Alors laissons passer ce train inoffensif. Les trains d’essence venant des raffineries sont autrement plus dangereux, dans l’indifférence générale.
    Au fait, Valognes, le petit “Versailles normand” vit très bien avec son centre de transfert rail/route. J’ai un copain rue Loraille. Je vous assure qu’il va bien et ne s’éclaire pas la nuit.

  2. LAURENT

    Je voulais dire au sujet de mon copain rue Loraille: il ne s’éclaire pas la nuit comme un ver luisant.

  3. Rondet-Mary Maryse

    Laurent,
    Vos références semblent anciennes, héritées à l’époque où l’on croyait, sur la foi d’une expérience d’irradiation de souris blanches (Giachino Failla, 1922) que jusqu’à un certain niveau l’irradiation pouvait avoir un effet bénéfique. On prenait le radium pour fortifiant à faible dose, et anti tumoral à haute dose. Effectivement dans nos années culottes et jupes courtes, on soignait aussi l’arthrose de la hanche de nos grand-mères avec les rayons X à haute dose.
    Mais aujourd’hui les études épidémiologiques montrent une relation incontestable entre faible accroissement des doses et accroissement des maladies cancéreuses.
    Pour une “mise à jour” efficace je vous invite à connexion sur le site de notre association Enfants de Tchernobyl Belarus http://enfants-tchernobyl-belarus.org (travaux de Michel Fernex, Roza Goncharova, Institut
    Belrad).
    Et puis bonne santé à votre ami de la rue Loraille, mais qui sait..peut-être prend-il régulièrement (et sans vous le dire) sa cure de pectine.
    Maryse

  4. LAURENT

    Maryse,
    vous comparez le site de Tchernobyl avec le passage en trombe d’un train sécurisé en gare de Vernon. Je le répète, je ne suis pas pro-nucléaire, mais on fait QUOI à la place? Je ne demande pas mieux que de changer d’énergie, mais il va falloir changer le mode de fonctionnement de toute la planète. Vous croyez ceci possible?
    Et les longs convois de pétrole et de gaz qui traversent Vernon au quotidien; on les regarde passer, on détourne le regard…
    Tchernobyl, Fukushima, et autres catastrophes sont dûes à la …connerie des hommes qui ont installé des centrales non fiables (soviétiques) ou près des côtes. Tout comme l’absence de recherches sérieuses et rassurantes sur le stockage des résidus. C’est monstrueux de ne pas savoir ce qu’ils vont devenir. J’abonde dans votre sens sur les dangers potentiels et réels du nucléaire. Mais ce qui m’a agacé, c’est cette fixation sur le passage d’un train. Ce réveil régional soudain sur un épiphénomène qui n’est rien en comparaison de l’ensemble de la filière “énergie nucléaire”.

    Cordialement.
    Laurent

  5. Rondet-Mary Maryse

    Non Laurent, il n’y a pas comparaison avec Tchernobyl, mais invitation à faire connaissance avec l’Institut Belrad soutenu par l’association “Enfants de Tchernobyl Bélarus.
    Des chercheurs, comme Alexei Nesterenko, travaillent depuis 27 ans et coopèrent maintenant avec Fukushima, constatant notamment que la contamination est à l’oeuvre,les rayonnements ionisants ont une radiotoxicité qui altère le développement (effet tératogène sur les papillons de Fukushima), ils peuvent altérer l’ADN des gènes et entrainer la mort ou provoquer des anomalies héréditaires qui ne s’exprimeront souvent qu’après plusieurs générations (effets mutagènes confirmés par les travaux du Pr Michel Fernex).

    Quant à nous en gare de Vernon, notre rôle ici est de pratiquer une surveillance citoyenne, de rendre public le non respect de la réglementation, nous sommes des vigies du nucléaire, peu importe que nous soyons 4 ou 15.

    La transparence ne va pas de paire avec le nucléaire et pourtant la Charte constitutionnelle de l’environnement impose depuis 2005 un principe de participation et d’information du public. Or, secret et désinformation sont les maîtres mots de l’industrie nucléaire, qui n’a pu se développer que dans l’opacité. Nous contestons et dénonçons les transports radioactifs.

    Laurent, participez avec nous. Maryse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>