«

»

La presse dans les médiathèques de la CAPE

 


Cliquez sur les bibliothèques pour voir quelles revues y sont consultables. Source | CAPE / Google Maps

 

Les médiathèques de la CAPE permettent de consulter et d’emprunter une centaine de revues, magazines et journaux. Que peut-on lire dans chacune des bibliothèques, et pourquoi ?

 

  1. Le choix des bibliothécaires
  2. Vernon reine de l’actu géné, Saint-Marcel favorisé
  3. Démocrate et Paris Normandies archivés
  4. La sélection de la directrice

 

 

 


 

Le choix des bibliothécaires

 

Dans les mains de la directrice, la revue XXI. Trimestrielle, elle a lancé la mode en France des "mooks", abréviation de "magazine" et de "books".

Dans les mains de la directrice, la revue XXI. Trimestrielle, elle a lancé la mode en France des “mooks”, abréviation de “magazine” et de “books”.

 

“Chaque équipe choisit pour sa bibliothèque, pour que ce soit le plus adapté possible au public qui le fréquente”, explique Cathy Pesty, la directrice du réseau Bibliocape. Le tout sans dépenser plus que les 14150 euros annuels dédiés à la presse. Les critères de sélection sont un savant mélange entre les demandes du public et les goûts des bibliothécaires :

On s’assure que ça concernera le plus grand nombre possible de lecteurs. Cela peut venir compléter un sujet documentaire très demandé, comme la cuisine où on a ajouté une revue supplémentaire. C’est aussi l’envie de faire découvrir aux lecteurs des revues peu connues en kiosque, peu médiatisées, qui apportent du contenu intéressant et une autre façon de voir l’actualité.

 

Il est possible d’emprunter toutes les parutions non-quotidiennes, sauf le dernier numéro qui est à lire sur place. Presque 15 000 emprunts ont ainsi été réalisés en 2012. Les préférences des emprunteurs se sont portés sur les revues jeunesse, les magazines de mode, cuisine et travaux manuels, sans oublier une forte présence du secteur musical grâce au conservatoire qui jouxte la médiathèque de Vernon.

 

 

 


 

Vernon reine de l’actu géné, Saint-Marcel favorisé

 

La nouvelle médiathèque de Saint-Marcel, inaugurée en avril dernier.

La nouvelle médiathèque de Saint-Marcel, inaugurée en avril dernier.

 

La presse quotidienne régionale ou nationale, ainsi que les hebdomadaires d’information générale, sont d’abord présents à Vernon. “Ca coûte très cher, un abonnement à un hebdomadaire ou un quotidien grève tout de suite le budget des revues”, explique Cathy Pesty. De Politis au Figaro en passant par Marianne, Le Monde, le Canard enchaîné ou Le Point, la médiathèque “essaie d’avoir un équilibre sur les opinions politiques”.

 

Autre caractéristique de Vernon et de ses 150 revues, une surreprésentation des magazines scientifiques et d’astronomie, due au public d’ingénieurs de la ville. Pour le reste, “on essaie d’être le plus généraliste possible, avec des revues dans tous les domaines sans aller non plus dans la spécialisation”1.

 

La nouvelle médiathèque de Saint-Marcel, inaugurée au printemps, est particulièrement bien fournie comparativement au nombre d’habitants. “On a mis le paquet pour attirer le public”, explique la CAPE. Un pari gagnant, la nouvelle bibliothèque ayant attiré presque 800 emprunteurs, contre 200 pour celle qui jouxtait la mairie2. L’offre est généraliste, avec quelques titres de presse politique. Aux bibliothèques de Pacy et de Gasny, ce sont “des revues très grand public” qui sont choisies3.

 

 

 


 

Démocrate et Paris Normandies archivés

 

Les archives de la médiathèque sont situées au grenier, et non au sous-sol comme souvent.

Les archives de la médiathèque sont situées au grenier, et non au sous-sol comme souvent.

 

Les périodiques sont gardés pendant une période de deux ans, puis jetés faute de place. Seuls Le Démocrate, Paris Normandie et Eure Inter sont archivés, le premier depuis 1935 ! La consultation est libre, et fort utile car ces archives ne sont pas consultables aux sièges des journaux concernés4. “On a un petit groupe d’historiens locaux qui travaille dessus régulièrement”, confirme Cathy Pesty.

 

 

 


 

La sélection de la directrice

 

Des revues “différentes”, que l’on ne trouve pas dans tous les kiosques, sont proposées volontairement par les bibliothèques. Cathy Pesty cite, entre autres, le magazine féminin Causette “pour compenser un peu Elle”, La revue durable “sur l’écologie et le développement durable”, les “mooks” que sont XXI et Muze, ou encore la revue Bifrost sur les littératures fantastique et de science-fiction.

 

Les préférences personnelles de Cathy Pesty vont évidemment aux suppléments livre et critiques littéraires utiles pour les nouvelles acquisitions. Mais aussi vers Le Monde et son magazine hebdomadaire, ainsi que vers la revue de sciences humaines Esprit :

Ce sont des articles de fond, pour une revue qu’on ne feuillette pas, il faut prendre le temps de la lire.

 

 

  1. De son côté, la bibliothèque de quartier des Valmeux propose “surtout des revues jeunesse pour les nombreux enfants et des revues de vie pratique pour les mamans”. []
  2. Ses jours et horaires d’ouvertures ont été étendus en conséquence par la Cape. []
  3. Par ailleurs, il est possible de demander à ce qu’une revue disponible à Vernon soit envoyée dans une autre bibliothèque, comme pour n’importe quel emprunt de livre. []
  4. Le service des archives de la mairie de Vernon dispose également du Démocrate, sur plusieurs décennies. []

Lien Permanent pour cet article : http://vernonpolitique.info/2013/10/presse-les-mediatheques-cape/

2 commentaires

  1. Liber

    Interessant cette approche.

    Lecteur de la médiathèque de Vernon, j’avais été intrigué lors d’une visite a la salle de lecture de Vernon par l’étonnement d’un lecteur qui ne trouvait pas le Nouvel Observateur. La réponse avait été : “Vous le trouverez a Saint-Marcel”. Cela vaudrait vérification.

    Une fois la première année de la bibliothèque de Saint Marcel, il sera intéressant d’accéder aux chiffres de fréquentation si ceux-ci sont communiqué et sérieux. De 200 à 800 est un bon début, mais au delà de l’effet d’annonce, on pourra se demander si les nouveaux utilisateurs ne sont pas de ceux qui venaient avant a Vernon. Et il faudra qu’ils soient nombreux pour justifier le montant de cet investissement à 3 km de la précédente médiathèque. D’autant que l’EPA n’est pas le plus mal loti des équipements publics en place de parking.

    Plus généralement il serait bon de s’interroger sur les missions de ces médiathèques. Si elles sont bien de toucher le plus large public, ne faudrait-il pas en modifier les horaires. Les fermetures régulières pendant la plus grande partie des vacances scolaires est pour moi une aberration.

    A suivre

  2. Loris Guémart

    @Liber :

    Toutes mes excuses, la carte comportait bien une coquille : le Nouvel Obs n’est pas disponible à Vernon.

    Pour la fréquentation, nous verrons bien ce que donnent les chiffres dans un ou deux ans. Sur la fermeture pendant les vacances, j’avoue que je ne me suis pas posé la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>