«

»

ZAC Fieschi : les aménageurs et la CAPE à la rencontre des Vernonnais

 

Dans la salle des Mariages de la mairie de Vernon, pendant les questions des Vernonnais. Au premier plan, les élus de Vernon et de la CAPE.

 

Mercredi soir se tenait à la mairie de Vernon une réunion destinée à informer les Vernonnais quant au projet de la ZAC Fieschi, relancé il y a quelques semaines par la CAPE. Les aménageurs RSA et EAD, qui seront chargés de vendre les parcelles à des promoteurs, étaient présents, ainsi que Gérard Volpatti, président de la CAPE, et le maire de Vernon avec son premier adjoint.

 

La quarantaine de Vernonnais venus ce soir-là ont posé de nombreuses questions. Deux préoccupations se sont nettement dégagées à cette occasion : la circulation, alors que les abords de l’ancienne caserne sont déjà engorgés aux heures de pointe. Ainsi que la vente de l’intégralité ces 600 nouveaux logements, un nombre élevé pour une ville de 25 000 habitants.

 

 

Sommaire :

  1. La ZAC Fieschi, un futur quartier résidentiel “qui doit vivre”
  2. La circulation, une inquiétude palpable
  3. Vente des logements : EAD-RSA et Jean-Luc Piednoir plus confiants que les Vernonnais

 

 

 


 

La ZAC Fieschi, un futur quartier résidentiel “qui doit vivre”

 

Visuel des maisons de villes qui seront construites le long de l'avenue de Rouen. | Sources : CAPE / Mairie de Vernon

 

Le projet prévoit d’installer en bordure de l’avenue de Rouen une trentaine de maisons de ville jumelées, avec un étage et des combles. Ces logements, les premiers construits, correspondront à ce qui existe déjà sur cette avenue. Michel Landry, le directeur opérationnel de Rouen Seine Aménagement, explique cette décision :

Ce qui existe aujourd’hui le long de l’avenue de Rouen, c’est un mur, ce qui est un peu aride. Le fait d’y placer des maisons de ville doit permettre de retrouver un effet de rue : nous allons garder cet esprit d’enceinte, tout en l’ouvrant sur la ville.

 

À l’inverse, plus on se rapproche de la voie ferrée, plus les bâtiments prendront de la hauteur (jusqu’à trois étages). Pour Gilles Merrien, le directeur d’EAD, l’objectif était de “répondre aux corps des bâtiments militaires” qui seront conservés.

 

En ce qui concerne l’urbanisme du futur quartier, les deux aménageurs sont conscients qu’ils devront trouver un équilibre entre l’enclavement et l’ouverture sur la ville. Michel Landry :

Nous voulons faire une mixité entre un peu d’activité commerciale, des équipements publics et les habitations. L’idée est de ne pas faire un nouveau ghetto résidentiel, c’est un quartier qui doit vivre. Mais on n’est pas figés : on est sur une approche environnementale, avec une volonté de faire avancer ce projet en impliquant les habitants, et on discutera aussi avec les promoteurs.

 

Le directeur opérationnel de RSA a aussi travaillé sur les friches urbaines massives des centres-ville de Roubaix et de Tourcoing. Il prévient que la réussite (ou l’échec) du futur quartier Fieschi, comme pour toute transformation d’envergure, ne sera connue que “dans une trentaine d’années”.

 

 

 


 

La circulation, une inquiétude palpable

 

Bâtiments de l’ancienne caserne qui seront préservés et intégrés au projet. | Sources : CAPE / Mairie de Vernon

 

De nombreuses questions se sont attardées sur ce point. En effet, aux abords de l’ancienne caserne, de l’avenue de Rouen au pont de la voie ferrée, les embouteillages sont aujourd’hui systématiques aux heures de pointe.

 

Gilles Merrien, qui travaille également sur le quartier Flaubert, qui doit naître à Rouen, avait suggéré aux élus de réduire drastiquement les obligations en matière de places de stationnement. Ces derniers ont refusé cette proposition, qui aurait abouti à un stationnement un peu plus éloigné des habitations, à l’image de ce qui se fait aujourd’hui en Allemagne ou en Hollande.

 

En conséquence, les aménageurs feront une étude de circulation. Tout en se montrant relativement confiants sur le sujet :

Ça reste un quartier d’habitat, pas commercial ni tertiaire. On n’aura pas trop ce phénomène de pointe, qui génère des circulations comme on peut avoir sur d’autres secteurs.

 

L’essentiel des aménagements de circulation devrait, selon le premier adjoint Jean-Luc Piednoir, se situer avenue de Rouen, “pour faciliter l’entrée et la sortie” des véhicules. Il estime surtout que l’étalement des travaux du nouveau quartier (2014-2021) permettra aux collectivités de s’adapter à la situation en temps voulu. Et affirme travailler en étroite collaboration avec le Conseil Général sur ce sujet.

 

Au sein du quartier, la réponse du premier adjoint aux interrogations des habitants se base toute entière sur les “circulations douces” (piétons et vélos) et les transports collectifs, afin de réduire au maximum l’usage de la voiture. Aucun nouveau pont ou passerelle, ni automobile ni de “circulations douces”, n’est prévu au-dessus de la voie ferrée.

 

Enfin, tous les intervenants présents ont précisé au public que les voiries visibles dans les visuels du projet ne sont qu’une ébauche. Leurs dimensions et leur sens constituent encore des points à préciser. Une seule certitude pour Jean-Luc Piednoir : “éviter que les voitures ne traversent pour gagner du temps”. Des propos confirmés par le directeur d’EAD : “on ne veut pas d’une autoroute au milieu du quartier”.

 

 

 


 

Vente des logements : EAD-RSA et Jean-Luc Piednoir plus confiants que les Vernonnais

 

Ébauche du schéma d’organisation de la future ZAC. L’emplacement de l’établissement de santé, qui sera une clinique psychiatrique, n’est plus à l’endroit indiqué, mais du côté de l’avenue de Rouen, dans la première tranche des travaux. | Sources : CAPE / Mairie de Vernon

 

Le public présent s’est inquiété de la commercialisation d’un nombre si élevé de logements. Rappelons à ce propos que la CAPE et Vernon ne courent aucun risque financier direct. En effet, ce risque est maintenant pris en charge quasiment exclusivement par Eure Aménagement Développement, l’agglomération de Rouen ayant négocié une participation de RSA détachée de ce risque1.

 

Pour Philippe Nguyen Thanh, la question ne se pose pas vraiment, car il y avait “une nécessité” de construire sur cette friche proche du centre-ville. Jean-Luc Piednoir, pour sa part, estime que l’augmentation rapide de la population vernonnaise, montrée par les derniers recensements, devrait permettre d’absorber ces nouveaux logements sans problème. En effet, la ville “n’est pas extensible”, ce qui est une caractéristique de Vernon, à l’étroit dans ses frontières administratives2.

 

Le directeur d’EAD s’est aussi montré relativement confiant. Selon son expérience, le marché de l’immobilier fonctionne en effet par cycles. Comme, aujourd’hui, nous serions “plutôt en bas du cycle”, il estime que celui-ci ne peut “que repartir” à la hausse.

 

Le directeur opérationnel de RSA, s’il a affirmé que “des promoteurs sont déjà intéressés”, s’est cependant montré nettement plus prudent dans ses propos :

Le contexte économique n’est pas évident, on a fait des hypothèses de commercialisation en fonction de ça. Maintenant, ça va forcément bouger dans le temps [NdA : à la hausse ou à la baisse], une opération d’urbanisme évolue, je n’ai pas plus de réponses que ça aujourd’hui.

 

 

 


 

Aller plus loin

 

Présentation sur le stationnement des véhicules et l’usage de la voiture dans les “éco-quartiers”. L’auteur en est l’agence française Sareco, spécialisée dans les études et propositions sur le stationnement.

 

Présentation d’un “éco-quartier”, en Allemagne, sur le site du centre d’écologie urbaine de Montréal : Le quartier Vauban de la ville de Fribourg-en-Brisgau

 

Article dans l’édition du 5 décembre du Démocrate Vernonnais : Vernon : 2 000 nouveaux habitants à Fieschi d’ici 2014

 

  1. Eure Aménagement Développement et Rouen Seine Aménagement sont des organismes parapublics financés par le Conseil Général, l’agglomération rouennaise et la Caisse des Dépôts, entre autres. []
  2. Rappelons également que l’Etat comme la CAPE recommandent une densification du tissu urbain existant, plutôt que la création de nouvelles habitations en bordure de ville. []

Lien Permanent pour cet article : http://vernonpolitique.info/2012/12/zac-fieschi-les-amenageurs-et-la-cape-a-la-rencontre-des-vernonnais/

2 commentaires

  1. Hervé Herry

    J’aimerai être persuadé que l’idée d’implanter des maisons de ville en bordure de l’avenue de Rouen soit une bonne idée compte tenu du trafic routier d’aujourd’hui, du bruit qu’il génère, des vibrations au sol produites par les véhicules lourds et de façades orientées au nord…Je note que les appartements donnant sur l’avenue dans les résidences les plus récentes sont très souvent à vendre ou sont inoccupés…Il doit y avoir une raison.

    L’idée d’une “coulée verte” émise il y a quelques années, a créer en continuité entre la zone de l’ancien quartier Fieschi et la zone de l’ancienne fonderie me semblerait davantage de nature à satisfaire nos concitoyens…Encore faut-il le leur demander.

    Nos élus ne sont pas là pour construire la ville qu’ils veulent mais celle à laquelle aspirent les vernonnais.

  2. Laurence Lama

    C’est une tres mauvaise idee de construire en bordure directe de l’avenue de rouen. Il faudrait intergrer une allee verte et botanique pour eloigner les maisons de la route au maximum, quitte à rajouter un muret pour couper les bruits de la route. Qui va souhaiter habiter au bord d’une route emcombree de camions non stop ? Cela n’a rien d’une zone residentielle, c’est ridicule de le penser ! Pourquoi ne pas prevoir un mur eleve pour justement procurer du calme aux habitants ? Quitte a le reculer pour permettre une zone verte en bord de route ?
    Bien sur il y aura moins de constructions possible mais le quartier y gagnera en qualité de vie, et donc en renommee, au lieu de cela, c’est une zone invivable que vous prposez aux promoteurs et aux habitants…. Pas franchement folichon !!!! Un peu d’ambition pour votre ville, Messieurs les politiques ! Il est temps de faire de la QUALITE ! Pourquoi pas un eco quartier autonome en energie ? C’est le moment d’etre inventif et de regarder du côté de ceux qui reussisent ce genre de pari avec brio !… Ca changera de l’esprit francais habituel ….. merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>