«

»

La campagne à Vernon : “Il est temps qu’elle se finisse”

 

Alexandre Huau-Armani (Générations Vernon), à gauche, avec Jean-Luc Miraux (Vernon Tous Ensemble) et son directeur de campagne Steve Dumont, en toute cordialité pendant le dimanche du premier tour.

Alexandre Huau-Armani (Générations Vernon), à gauche, avec Jean-Luc Miraux (Vernon Tous Ensemble) et son directeur de campagne Steve Dumont, en toute cordialité lors du dimanche du premier tour.

 

Ces propos, pour une fois, sont confiés avec la même unanimité par les deux équipes des candidats favoris de cet entre-deux tours, Sébastien Lecornu (UMP – Générations Vernon) et Jean-Luc Miraux (Vernon Tous Ensemble). Si elle n’a jamais brillé par la cordialité entre ces deux-là, la campagne s’est en effet singulièrement durcie cette semaine. Retour sur ces derniers jours.

 

 

Les électeurs n’ont pas eu à attendre bien longtemps après le premier tour des élections municipales pour observer tensions et manipulations entre deux équipes, signe d’une campagne qui dure maintenant depuis plusieurs années entre l’ancien maire UMP Jean-Luc Miraux et le jeune candidat investi par le parti cette fois-ci, Sébastien Lecornu.

 

Dès le lundi, c’est par un compte Twitter anonyme que les hostilités publiques sont lancées. Créé en 2013 et utilisé pour critiquer et servir de générateur de rumeurs vis-à-vis du candidat UMP, ce compte sous-entend des accords passés entre Sébastien Lecornu et le FN :

 

 

 

 

 

Dans le même temps, un tract de Vernon Tous Ensemble, signé du colistier et ancien adjoint de la majorité de gauche, Jean-Claude Mary, est distribué en centre-ville. Celui-ci réitère son soutien à Jean-Luc Miraux, comme il le fera également par courriel auprès de ses contacts :

 

 

Télécharger (PDF, 3.63MB)

 

 

Les jours suivants, les colistiers de Sébastien Lecornu se plaignent en ville d’un SMS qui circulerait sur les téléphones, et tiendrait un discours similaire mais destiné aux habitants de confession musulmane de la ville1. Jean-Luc Miraux et ses équipes, au courant, ne prennent pas la chose au sérieux lorsqu’elle leur est indiquée. L’ancien sénateur semble considérer ces débordements, quelle que soit leur origine, comme pouvant se produire à quelques jours d’un scrutin serré.

 

Dans le même temps, le même compte Twitter anonyme, Brèves Vernonnaises, continuait d’affirmer un accord entre l’UMP et le FN. Amor Louhichi, l’un des colistiers de Jean-Luc Miraux, twitte dans la même veine :

 

 

 

 

Le silence de Jean-Luc Miraux sur ces accusations diverses jusqu’à vendredi, tant en personne que sur les réseaux sociaux, s’est avéré un choix dangereux, fait sans compter sur un tract largement distribué vendredi dans la ville, et publié sur Facebook, par les militants de Générations Vernon. Autour d’une capture d’écran du SMS litigieux, la liste accuse. Extraits :

Un candidat, prêt à tout pour prendre sa revanche, a malheureusement décidé de jouer avec le feu entre ces deux tours de l’élection municipale. […] Ce message est non seulement insultant et diffamant pour la liste que je représente, car il ne repose sur aucun élément de vérité mais plus grave encore, il conduit les vernonnais les uns contre les autres. Nous refusons cette approche irresponsable qui mène au clientélisme et au communautarisme.

 

Télécharger (PDF, 649KB)

 

 

C’est donc contraint et forcé par son adversaire que le candidat de Vernon Tous Ensemble a communiqué à ce sujet, en catastrophe, sur le web mais aussi par un SMS largement diffusé. Jean-Luc Miraux, ses colistiers et sympathisants hurlent à la manipulation sur les réseaux sociaux :

 

 

 

 

 

 

 

Dur d’y voir clair quand la campagne se trouble à ce point. Caméra Diagonale affirme que la manœuvre ne peut venir de Jean-Luc Miraux, et qu’elle serait peut-être reproduite à Evreux et Gisors. Il est possible que la situation s’éclaircisse après l’élection. Dans tous les cas, il semble aujourd’hui probable que ces actions feront l’objet de contestations après le scrutin. Quant aux électeurs, eux, pas sûr qu’ils soient plus avancés en cette veille d’élections qu’ils ne l’étaient il y a une semaine.

 

Finissons sur une note plus légère, du moins pour ceux qui ne sont pas électeurs de gauche. Le parti socialiste vernonnais, qui n’a pas réussi à s’attirer le soutien du PCF et d’EELV après le premier tour, a choisi un slogan qui abandonne toute idée de bilan ou de programme : “Tout pour que la mairie ne bascule pas à droite et à l’extrême-droite”

 

2014-03 - PS - tu-fais-quoi-le-30-mars

 

 

Pendant ce temps-là, le FN a distribué son tract dans les boîtes aux lettres, dans une enveloppe fermée et tamponnée d’un “CONFIDENTIEL” à l’encre rouge, avec pour thème un classique de ses campagnes : “UMP ou PS : c’est la même chose !”

 

Télécharger (PDF, 647KB)

 

 

  1. Dans le même temps, l’agitation qui a eu lieu devant plusieurs bureaux de vote le jour du premier tour est dénoncée par l’UMP qui annonce la présence d’huissiers au second tour. []

Lien Permanent pour cet article : http://vernonpolitique.info/2014/03/campagne-vernon-il-temps-quelle-se-finisse/

2 commentaires

  1. Carole

    Comme quoi quand on est honnête et droit …ça ne paie plus!
    SL a pourri la campagne… ca sent le fumier à Vernon après l’épandage massif réalisé par GV !

  2. Rémy Bobier

    NOUS NE POUVONS ACCEPTER L’INACCEPTABLE, une fable vernonnaise
    Analyse d’un tract, qui analyse un texto…

    Vendredi dernier les vernonnais on massivement reçu dans leur boîte à lettres un tract intitulé « Nous ne pouvons accepter l’inacceptable ». Comme beaucoup c’est le dégoût et la surprise qui m’ont saisi à la lecture de ce papier. Dans l’incapacité de savoir qui est l’auteur du texto dont il est question, je propose une analyse du tract suffisamment éclairante pour lever beaucoup de mystère.

    La double falsification ou la fausse falsification
    A première vue ce texto est écrit par et pour la communauté musulmane de Vernon. Les termes « salam », « frères de la zup » ou encore « votre entourage » l’indiquent. Or très vite on réalise que les accords sont corrects, les accents sont présents et que la construction longue du message rompt avec le langage SMS réel. Pourtant des formulations comme « d manger » ou encore « c leurs projets » nous ramènent dans la syntaxe propre au texto. L’authenticité du message est très vite mise en doute par le lecteur. Il y a quelque chose de fallacieux là dedans : l’auteur du message n’est pas de la communauté musulmane, mais plutôt de la communauté politique…
    Ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Sont-ils de grossiers idiots ceux qui veulent se faire élire ? Non. Ils peuvent être malhonnêtes et prêts à tout, mais la fourberie est subtile. Ce texto n’est pas une falsification ordinaire, mais la falsification d’une falsification. Autrement dit on a voulu faire comme si le falsificateur avait mal fait son travail.
    Il y a donc deux niveaux de lecture à ce texto. Le premier, basique et auquel personne ne croit c’est :« Les moutons d’une bergerie organisent leur défense entre eux ».
    Le deuxième niveau, qui a eu son lot d’indignation est le suivant : « Un loup déguisé en mouton est entré dans une bergerie. »

    La véritable diffusion de la rumeur
    Nous apprenons avec le tract de M. Lecornu que le texto « constaté par voie d’huissier, circule dans des proportions importantes dans certains quartiers de la ville ». On devine bien de quels quartiers il peut s’agir. On ignore par contre l’importance réelle de la circulation de ce texto. Toutefois, ce que personne n’ignore c’est la diffusion à grande échelle du tract de M. Lecornu et tout particulièrement dans les quartiers non concernés par la circulation du texto. Outre la performance et la rapidité de l’équipe « Générations Vernon », force est de constater que le tract distribué dans les boîtes à lettres a été le principal vecteur de la rumeur. Est-il besoin d’un huissier pour le constater ?
    Le tract signé par les colistiers de M. Lecornu a une structure en abîme et il fait lui-même la promotion d’un message qu’il dénonce !
    Aussi faut-il voir dans la métaphore des moutons « Un bélier envoie à toutes les bergeries la photo d’un loup déguisé en mouton entrant dans une bergerie. » Avec dans le rôle du bélier rassembleur, M. lecornu et dans le rôle du loup ridiculement grimé en mouton M. Miraux. Les bergeries représentant les différentes communautés de la ville : musulmanes, chrétiennes, petite-bourgeoises, ouvrières etc.

    Une cible n’est pas placée pour qu’on la manque
    Que cherche a faire M. Lecornu dans son tract ? L’objet invoqué est une réponse à un texto qui serait « non seulement insultant et diffament pour la liste qu’il représente. » Il est dit en effet que « lecornu (ump) et ackermann (FRONT NATIONAL) sont ensemble ». Mais selon un sondage Ifop pour le site Atlantico, 55 % des électeurs de l’UMP sont favorables à des unions avec le Front National. On se demande bien dans quelle mesure ces prétendues diffamations (auxquelles personne ne peut croire) ont réellement pu nuire à l’image de M. Lecornu.
    En revanche, entre ces deux tours de municipales, les électeurs de messieurs Akerman et Touchagues étaient les seuls voix additionnelles sur lesquelles M. Lecornu pouvait lorgner. C’est ce qu’il a choisi de faire en rebondissant sur l’existence du fameux texto dont l’origine qui restera inconnue est inutile pour cette analyse. Le tract avait en fait pour principale cible l’électorat d’extrême droite devant lequel il a agité une prétendue conspiration communautariste. Ce faisant il en a méprisé certains et dupés d’autres. C’est un comportement abusif qui doit être considéré comme une véritable triche. Ce piège électoral est l’œuvre d’un manipulateur.

    Pour conclure la fable vernonnaise et boucler la métaphore voici ce qu’il faut voir dans ce tract : « Un jeune loup habillement déguisé en bélier, envoie à toutes les bergeries la photo d’un autre loup grossièrement déguisé en mouton entrant dans une bergerie.»
    On sait pourtant dans toutes les bergeries du monde, hélas, qu’on a bien plus à craindre des loups que des autres bergeries…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>